crpe

Figures de style / l'anaphore

QUELQUES INDICATIONS THÉORIQUES

­

 

Nous distinguerons l’anaphore et les marqueurs de relation anaphorique


1.  L’ANAPHORE

 

On dit qu'il y a anaphore lorsqu'un mot ou un groupe de mots (le substitut) renvoie à un autre mot ou groupe de mots apparu précédemment dans le discours (l’antécédent). L’anaphore présente différentes formes.

 

 

·      La rÉpÉtition (c'est là le sens étymologique d'anaphore), ou anaphore fidèle.

Chez l’expert, la répétition n'est utilisée que dans des cas particuliers, avec souvent une valeur stylistique.

Attention : 

 

(1) Elle avait acheté une robe bleue. Cette robe lui allait bien : anaphore

(2) Elle avait acheté une robe bleue et une robe rouge : répétition d’un mot, sans anaphore.

 

 

·     L'ellipse

 

(3) Elle explora du pied l'espace vide sous la banquette et rencontra un objet, etc.

 

Le verbe rencontra n'a pas de sujet propre formellement exprimé. II faut le rattacher au pronom elle, sujet de explora. Il y a ellipse du sujet pour le verbe rencontra,ce qui établit une relation anaphorique entre zéro et elle. (Notons que l'ellipse est le cas-limite de l'anaphore.)

 

·     La substitution

C'est le procédé le plus largement employé, et dont nous avons donné un exemple plus haut. Les substituts anaphoriques peuvent être de nature très diverse. On relève ainsi :

 

£    La substitution grammaticale (ou pronominale) :

Réputés remplacer un nom, les pronoms remplacent en fait des groupes de mots :

 

(4) C'est à ce moment que les amis de maman sont entrés. Ils étaient en tout une dizaine.

 

Un pronom peut remplacer une phrase entière :

 

(5) Le concours du professorat des écoles était difficile. Les étudiants le savaient.

Voire tout un discours :

 

(6)Le concours du professorat des écoles était difficile. Dans certaines académies où la demande était forte, la sélection était particulièrement rude. Et rien ne laissait prévoir d'améliorations prochaines. Les étudiants savaient tout cela.

 

La substitution pronominale se réalise couramment à l'aide de pronoms personnels, mais aussi démonstratifs (cela, ceux-ci, etc.), possessifs (le sien, le leur, etc.), indéfinis (certains, d’autres, etc.), numéraux, relatifs (qui, dont, etc.).

 

Remarque.Il est possible que 1'« antécédent» n'apparaisse pas avant son substitut, mais après. On parle alors decataphore:

 

(7) Quand Cyril voulut lui parler, il était trop tard: la fille avait disparu.

 

Les représentations anaphoriques pronominales peuvent être totales, partielles ou dissociées.

. Représentation totale : le substitut a la même extension que son antécédent, il dénote exactement la même réalité.

 

(8) Les chiens n'aiment pas les chats, et ceux-ci le leur rendent bien.

 

. Représentation partielle : le substitut a une extension plus réduite que l'antécédent, ne représente qu'une partie de ce que désignait son antécédent.

 

(9) Tous les hommes sont égaux, mais certains le sont plus que d'autres.

 

. Représentation dissociée: le substitut désigne une réalité identiqueà celle que désigne l'antécédent, mais distincte:

 

(10) C'est vrai que son stylo est très beau, mais je trouve que le tien écrit mieux.

 

£    La substitution lexicale (ou nominale)

 


Elle est réalisée par des groupes nominaux (c'est-à-dire dont le noyau est un nom) :

 

(11) « Bonjour, Docteur! Comment allez-vous ?» dit la vieille dame en reconnaissant le médecin.

 

Dans cet exemple, l'antécédent et son substitut anaphorique sont synonymes (on parle dans ce cas d’anaphore infidèle).

 

Dans d'autres cas, le substitut peut avoir une extension plus large que l'antécédent :

           

(12) Lors du Conseil d'école, les instituteurs et les parents d'élèves s'affron­tèrent sur l'organisation de la semaine. Les enseignants pensaient qu'il valait mieux allonger la journée de classe plutôt que de travailler le mercredi matin.

 

instituteur entretient avec enseignant le rapport de la partie au tout. L'un englobe l'autre : on dit que enseignant est l'hyperonyme de instituteur. Ou, inversement, qu’instituteur est un hyponyme de enseignant. Il s’agit en (12) d’une anaphore (infidèle) par hyperonymie.

 

Le substitut peut être une périphrase, une expression :

 

(13) Napoléonavait de grands projets. Rien ne semblait pouvoir résister au vainqueur de Iéna.

 

Ce ne sont pas les relations dans la langue qui sont convoquées ici, mais une certaine connaissance du monde.

 

Un groupe nominal peut représenter des séquences étendues. On parle alors d’anaphore résumante (ou résomptive, ou conceptuelle) :

 

(14) Le gouvernement a augmenté de 0,5% le salaire des fonctionnaires. Cette mesure a été jugée insuffisante par les syndicats.

 

Un groupe nominal peut ne pas présenter de relation de co-référence stricte avec son antécédent. On a affaire alors à une anaphore associative :

 

(15) Hortense n’habite pas la maison de ses parents : le toit s’est effondré.

 

£    La substitution adverbiale 

 

 (16) Les enfants arrivèrent à la clairière. Ils n'étaient pas très rassurés, mais là, ils pouvaient jouer loin du regard des adultes.

 

 

2.  Les marqueurs de relation anaphorique

 

Les déterminants peuvent jouer le rôle de marqueurs de relation anaphorique : les articles .définis peuvent marquer une relation anaphorique (contrairement aux articles indéfinis) :

 

(17) Elle lui demanda un volume de l'Histoire de France de Velly. Il avait cherché le volume.

 

L'article défini le renvoie au volume cité dans la première phrase (alors que l'indéfini un aurait renvoyé à un volume quelconque).

 

La relation anaphorique peut être exprimée par un déterminant démonstratif ou possessif :

 

(18) Les détails furent convenus entre le docteur et  Mlle Beaulieu. Cette bonne fille quitta Nancy à cinq heures.


L’anaphore (1)

 

Les livres, les albums ne sont pas un supplément d’âme, un luxe, un divertissement, ils ne sont pas ailleurs, ni en marge. Ils sont à portée de main, prêts à être lus et relus, manipulés en toute occasion. Parce qu’ils sont porteurs des savoirs travaillés, élaborés quotidiennement. Parce que, dans le respect des intimités et des apprentissages existentiels, on apprend aussi à être à soi, aux autres, au monde, dans le livre et par le livre.

 

Les ouvrages proposés rempliront d'autant mieux ce rôle s’ils sont mis en relation constante avec les objets de l'environnement immédiat des enfants, avec les usuels (imagiers, anthologies, dictionnaires constitués ou en train de se constituer ... ), avec les autres supports de l'écrit (catalogues, prospectus, magazines ... ), et s’ils font partie des activités habituelles de la classe pour donner aux enfants la maîtrise physique, sociale et intellectuelle du monde dans lequel s'inscrit leur expérience.

 

Lorsqu'au cycle 3, avec la mise en place des disciplines scolaires, on passe de l'apprentissage de la lecture à la lecture pour l’apprentissage, la maîtrise des outils que sont les manuels, les fichiers, les dictionnaires de langue, les dictionnaires culturels et les autres médias, sources d’informations, revêt une importance capitale. Cette maîtrise s'acquiert non par le feuilletage de photocopies, mais bien par le maniement répété de ces usuels et la familiarisation avec les dispositifs originaux qui y sont proposés, les systèmes et codes qui organisent les connaissances. Mais le recours à ces outils, la justification souvent de leur utilisation, voire de leur utilité, se trouvent aussi du côté des ouvrages de fiction, des curiosités et des besoins qu’ils suscitent. La lecture d’un album peut appeler la lecture d’autres ouvrages et documents qui éclairent un contexte historique et géographique, renvoient à une réalité différente ou donnent relief et sens aux faits racontés.

 

O.N.L.Livres et apprentissages à l'école,

 Savoir Livre, CNDP 2003, pages 19 - 20.

 

Étudiez les anaphores dans ce texte.

 

ÉLÉMENTS DE CORRIGÉ (1)

 

 

 

 

Types d’anaphore

 

 

ANTÉCÉDENTS

 

SUBSTITUTS

ELLIPSE

qui (éclairent)

- (renvoient à) ;

- (donnent relief)

 

 

 

 

 

ANAPHORE

PRONOMINALE

(totale)

 

 

 

pronom personnel

 

 

les livres, les albums

 

ils (ne sont pas) ; ils (sont à portée) ; ils (sont porteurs)

les ouvrages

 

(s’) ils (sont mis) ;

(s’) ils (font partie)

des ouvrages de fiction

(qu’) ils (suscitent)

 

 

pronom relatif

les dispositifs originaux

qui (y sont proposés)

les systèmes et codes

qui (organisent)

des besoins

qu’ (ils suscitent)

d’autres ouvrages et documents

qui (éclairent)

 

du monde

(dans) lequel (s’inscrit)

 

 

 

 

ANAPHORE

NOMINALE

 

 

par hyperonymie

Ces usuels

ces outils

par hyponymie

Des ouvrages de fiction

(La lecture) d’un album

 

 

 

résumante

 

 

 

Parce qu’ils sont porteurs […] et par le livre

ce rôle

 

Les livres, les albums

les ouvrages

la maîtrise des outils que sont les manuels, […] sources d’information

cette maîtrise

 

 

les manuels, les fichiers  […] sources d’informations

ces usuels

 

associative

(la lecture) d’un album

aux faits racontés

3 votes. Moyenne 4.67 sur 5.