crpe

Types et formes de phrases

TYPES ET FORMES DE PHRASES

 

Notions théoriques


·        Les types de phrases

On distingue généralement quatre types de phrases, sur la base de leur structure syntaxique:

 

- Le type déclaratif, spécifique d'une phrase construite selon la structure linéaire GNsujet + GV, ou, si l'on préfère, sujet - verbe - complément(s) de verbe :

 

Le chat mange la souris

A l'écrit, la fin d'une phrase déclarative est signalée par un point. A l'oral, l'intonation est montante (le chat) puis descendante (mange la souris).

Fondamentalement, la phrase de type déclaratif sert de matériau pour réaliser des énoncés assertifs.

Remarque: une phrase de type déclaratif peut servir de matériau pour réaliser des actes de langage dits indirects. Ainsi l'énoncé produit un enseignant

Je trouve qu'il y a trop de bruit.

a la valeur injonctive "Taisez-vous !" ou "Silence !"

-Le type interrogatif, qui se manifeste du point de vue morphosytaxique par l'emploi de mots interrogatifs et / ou par l'inversion du sujet (parfois complexe, surtout en style soutenu):

 

 

On fait quoi maintenant ?

Est-ce que vous êtes prêts ?

On regarde quel programme ce soir ?

allez-vous ?

Que faites-vous ?

Les retardataires sont-ilsprêts ?

 

A l'écrit, la fin d'une phrase interrogative est signalée par un point d'interrogation. A l'oral, l'intonation est montante. La marque typographique ou l'intonation peuvent suffire (économie concernant la structure syntaxique) :

 

Il a neigé cette nuit ?

 

Fondamentalement, la phrase de type interrogatif sert de matériau pour réaliser des énoncés servant à questionner.

 

Remarque: une phrase de type interrogatif peut servir de matériau pour réaliser des actes de langage indirects. Ainsi les énoncés

 

Pouvez-vous me passer le sel ?

Vous avez l'heure, SVP ?

 

ont la valeur injonctive (atténuée) "Passez-moi le sel.", "Donnez-moi l'heure."

 

Si on allait au cinéma ?

 

est une invite plus qu'une interrogation.

 

Ne pensez-vous pas qu'on devrait interdire les OGM ?

 

Est une interrogation argumentativement orientée, destinée à obtenir un assentiment.

 

-Le type impératif, qui se marque par l'emploi du verbe au mode impératif :

 

Rangez vos livres.

 

A l'écrit, la fin d'une phrase impérative est signalée par un point (cf. ex. ci-dessus) ou par un point d'exclamation, comme marque d'intensité ou de détermination:

 

Sortez !

 

 A l'oral, l'intonation est descendante.

 

Fondamentalement, la phrase de type impératif sert de matériau pour réaliser des énoncés servant à donner des ordres.

 

Remarque: une phrase de type impératif peut servir de matériau pour réaliser des actes de langage divers : certes intimer un ordre ou une interdiction, mais également prodiguer un conseil, formuler une requête, supplier, etc.

 

-Le type exclamatif, qui se manifeste du point de vue morphosyntaxique par l'emploi de mots ou de formules exclamatifs :

 

Que vous êtes joli, quevous me semblez beau !

Ce que c'est bon !

Ô combien de marins, combien de capitaines…

 

Avec, éventuellement modification de la structure syntagmatique :

 

Quel couragevous avez eu !

 

La phrase de type exclamatif peut être nominale : Quel culot ! Courage !

 

Ou réduite à des interjections : Oh lala ! Ouille ! Waouh !

 

A l'écrit, la fin d'une phrase exclamative est signalée par un point d'exclamation. A l'oral, par une intonation montante, puis légèrement descendante, ou entièrement descendante.

 

Fondamentalement, la phrase de type exclamatif sert de matériau pour réaliser des énoncés servant à exprimer une émotion (surprise, admiration, joie, douleur, colère, etc.).

 

Remarque: une phrase de type exclamatif peut servir de matériau pour réaliser des actes de langage indirects :

 

Mmm ! que c'est bon !

 

Peut avoir une valeur injonctive ("Donnez-m'en encore." Cf. "Vous en voulez encore ? - Ah, ben, volontiers, tiens !") ou laudative ("Félicitations à la cuisinière !").

 

 

·        Les formes de phrases

On distingue six formes de phrases, qui s’opposent par paires :

 

-Affirmative / négative

 

Le livre est sur le bureau. / Le livre n’est pas sur le bureau.

Il fait toujours beau le dimanche. / Il ne fait jamais beau le dimanche.

 

Remarque :ne…pas, ne…rien, ne…jamais, etc. sont les formes longues de la négation, obligatoires à l’écrit. À l’oral, on emploie souvent les formes courtes de la négation :

 

J’ai faim / J’ai pas faim.

 

- Active / passive

 

Les belligérants ont conclu un accord. / Un accord a été conclu par les belligérants.

 

-Neutre / emphatique

 

Une phrase est de forme emphatique lorsque l’un de ses constituant est mis en relief, par détachement et reprise par un pronom anaphorique (on dit que la phrase est disloquée ou segmentée) :

 

Le chat mange du poisson.

 

Le chat, ilmange du poisson.

Ilenmange, du poisson, le chat.

Le chat, lui, ilmange du poisson.

 

Ou par une chaîne d’extraction c’est…qui (on dit que la construction est clivée) :

 

C’est le chat qui mange du poisson.

 

Ou la chaîne celui qui… c’est, ce que…c’est (on dit que la construction est pseudo-clivée) :

 

Celui qui mange du poisson, c’est le chat.

Ce que le chat mange, c’est du poisson.

 

·        Toute phrase présente un type et trois formes :

 

Le chat mange la souris.

 

est une phrase déclarative + affirmative, active, neutre

 

Ce n’est pas la souris qui est mangée par le chat.

 

est une phrase déclarative + négative, passive, emphatique

 

Le chat mange-t-il la souris ?

 

est une phrase interrogative + affirmative, active, neutre.

 

 



 

 


Les types et formes de phrases

 

Tout au long de cette démarche, l'enfant devra apprendre comment l'on négocie avec la part d'inconnu que comporte tout acte de communication : que sait-il de ce que je sais ? Quelles informations dois-je lui fournir pour qu'il puisse me comprendre ? Comment en dire assez sans le noyer dans un flot d'informations inutiles ? Telles sont quelques-unes des questions qu'il faut lui apprendre à se poser et auxquelles il doit apporter des réponses adaptées. Cet apprentissage ne peut donc s'effectuer sans l'aide bienveillante mais aussi exigeante d’adultes qui saisiront toutes les occasions pour révéler à l'enfant les droits et les devoirs liés à la communication linguistique. Pour bien des enfants, l'École constitue le premier et le seul recours dans la quête silencieuse qui est la leur : ils attendent qu'enfin elle leur explique ce que parler veut dire, qu'enfin elle leur révèle les enjeux du langage.

[…] Jamais la gestion de la communication orale n'a véritablement été désignée comme un des grands objectifs de l'école primaire. […] Ne l'oublions pas ! Les paroles s'envolent...

 

A. BENTOLILA De l’illettrisme en général et de l'école en particulier, 1996

 

Étudiez dans ce texte les types et formes de phrases.

 

 

Corrigé

 

 

 

Pour traiter cette question, nous classerons les phrases selon leur type et selon leurs formes. Mais, dans les phrases complexes, nous analyserons également les subordonnées. Toutefois nous suivrons le point de vue (discutable selon certaines écoles linguistiques) de la grammaire traditionnelle, qui considère que l’on ne peut parler de subordonnée infinitive (ou participiale) que si le verbe à l’infinitif (ou au participe) possède son propre sujet.

 

Toutes les phrases de ce texte ont la forme neutre.

 

 

 

1.Phrases de type dÉclaratif 

 

·         formes affirmative, active

- Tout au long de cette démarche, l'enfant devra apprendre comment l'on négocie avec la part d'inconnu que comporte tout acte de communication :

- Telles sont quelques-unes des questions qu'il faut lui apprendre à se poser et auxquelles il doit apporter des réponses adaptées.

- Pour bien des enfants, l'École constitue le premier et le seul recours dans la quête silencieuse qui est la leur

- ils attendent qu'enfin elle leur explique ce que parler veut dire, qu'enfin elle leur révèle les enjeux du langage.

- Les paroles s'envolent...

 

·         formes négative, active

- Cet apprentissage ne peut donc s'effectuer sans l'aide bienveillante mais aussi exigeante d’adultes qui saisiront toutes les occasions pour révéler à l'enfant les droits et les devoirs liés à la communication linguistique.

 

·         formes négative, passive

- Jamais la gestion de la communication orale n'a véritablement été désignée comme un des grands objectifs de l'école primaire.

 

·         à l’intérieur de P, propositions de type déclaratif ; formes affirmative, active

- ce que je sais

- que comporte tout acte de communication

- qu'il faut lui apprendre à se poser

- et auxquelles il doit apporter des réponses adaptées.

- qui saisiront toutes les occasions pour révéler à l'enfant les droits et les devoirs liés à la communication linguistique

- pour qu'il puisse me comprendre

 

 

2.Phrases de type interrogatif 

 

·         formes affirmative, active

- que sait-il de ce que je sais ?

- Quelles informations dois-je lui fournir pour qu'il puisse me comprendre ?

- Comment en dire assez sans le noyer dans un flot d'informations inutiles ?

 

·         à l’intérieur de P, proposition de type interrogatif (interrogative indirecte) ; formes affirmative, active

- comment l'on négocie avec la part d'inconnu que comporte tout acte de communication

 

 

3.Phrases de type IMPÉRATIF

 

·         formes négative, active

- Ne l'oublions pas !

 

 

 

u   Commentaire :

 

Nous constatons que les phrases et les propositions de type déclaratif dominent très largement (13 occurrences sur 18), comme c’est le cas de la très grande majorité des textes oraux  et écrits (sauf cas particuliers : interrogatoires, consignes, etc.).

On trouve 4 phrases de type interrogatif, ce qui constitue pour ce type de texte une singularité. Notons toutefois que les 3 phrases interrogatives (directes) ne constituent pas, du point de vue stylistique – ou énonciatif,  des interrogations oratoires, mais relèvent du discours rapporté (les questions qu’il faut apprendre aux élèves), de sorte qu’il ne reste qu’une interrogative indirecte, ce qui replace ce texte dans la norme des textes de ce genre.

On trouve enfin une phrase de type impératif, ce qui est très rare dans ce type de texte.

 

En ce qui concerne les formes, les formes affirmative et active dominent. Sur les 18 items relevés, on ne trouve que 3 formes négatives, et 1 forme passive. De ce point de vue, ce texte ne présente pas de particularité.

 

12 votes. Moyenne 3.42 sur 5.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site