crpe

La France un territoire organisé à différentes échelles

LA FRANCE, UN TERRITOIRE ORGANISE A DIFFERENTES ECHELLES


La commune

 

La France compte 36 778 communes. Elles ont été créées le 14 décembre 1789, en remplacement des paroisses, mais c'est la loi du 5 avril 1884 qui a défini leurs grands prinicpes de fonctionnement et d'organisation.

80 % des communes ont moins de 1 000 habitants. Le nombre des communes françaises est très supérieur à celui que l'on rencontre dans tous les autres pays européens.

 

Trois communes ont depuis 1982 un statut particulier : Paris, Marseille, Lyon. Elles ont des conseils municipaux d'arrondissement élus.

 

Différentes sortes d'intercommunalité se développent. Cela s'explique par le fait que les communes ont des dimensions très hétérogènes. De plus, les plus petites d'entre elles ont des difficultés de gestion.

 

Le maire d'une commune détient le pouvoir exécutif de la commune, il prépare et exécute les décisons du conseil municipal. Mais il est aussi le représentant de l'Etat et, de ce fait, dispose de certaines compétences. De plus, le maire est, par sa fonction, officier de police judiciaire.


Le département

 

La France compte 96 départements métropolitains et 4 départements d'outre-mer. C'est le conseil général qui dirige le département. Depuis les lois de 1871 et 1884, il est désigné au suffrage universel.

Jusqu'en 1982, les décisions prises par les conseillers généraux ne pouvaient être exécutées que par le préfet et ses services. Depuis cette date et la loi de décentralisation, le préfet n'exerce plus qu'un contrôle a posteriori. La réforme de 2003 a élargi la décentralisation.


La région

 

            Du point de vue français

 

En France, le découpage régional a été établi par une loi de 1956 créant 26 régions administratives, dont 4 outre-mer. Chaque région regroupe plusieurs départements, excepté les DOM qui n'en comptent qu'un seul.

Le découpage régional français correspond à la volonté d'aménager le territoire, de corriger les déséquilibres, et particulièrement celui qui existait entre Paris et la Province.

Avec la loi de décentralisation (loi Defferre) de 1982, les régions obtiennent le titre de collectivités territoriales.

La loi constitutionnelle du 28 mars 2003 élargit la décentralisation. Les régions ont acquis un pouvoir réglementaire, fixent les taux d'imposition, peuvent soumettre un projet à un référendum local. Outre les lycées et les transports régionaux, elles ont désormais la charge de la formation professionnelle, de l'aide aux entreprises, du programme régional de santé publique.

 

            Du point de vue européen

 

Les régions françaises sont plutôt réduites si on se réfère à leur poids économique. Les régions des pays européens sont le produit d'histoires politico-administratives différentes et les logiques de découpage varient d'un pays à l'autre.

 

Les pays donnent une plus ou moins grande autonomie aux régions, mais on retrouve souvent une opposition entre régions.

 

Réseaux urbains et aires d'influence des grandes villes

 

Un réseau urbain est un système de villes, un groupe de villes en interactions plus ou moins complexes.

En France, on peut en distinguer cinq types :

-des réseaux linéaires (le long de la côte méditerranéenne ou de la Loire).

-des réseaux articulés (quand les villes sont de niveaux prochexs comme en Alsace-Lorraine ou en Bretagne).

-des réseaux polarisés autour de centres, mais articulés suivant des vallées (Rhône-Alpes, littoral de la mer du Nord).

-le réseau bipolaire de la Garonne (Toulouse et Bordeaux).

-le réseau totalement polarisé sur la capitale (Paris).

 

Un pôle urbain est une unité urbaine offrant 5 000 emplois ou plus et n'appartenant pas à la couronne périurbaine d'un autre pôle urbain. La France en compte 361. Ces pôles urbains sont entourés d'une couronne périurbaine dont au moins 40 % des habitants dépendent du pôle pour leur travail.

 

Les communautés d'agglomérations regroupent plusieurs communes urbaines sur un espace d'un seul tenant et sans enclave. Elles doivent comporter plus de 50 000 habitants, vivant autour d'une ou de plusieurs communes ayant chacune plus de 15 000 habitants. Elles ont été créées en 1999.

 

Une métropole est une ville qui commande administrativement, politiquement et surout économiquement un vaste espace.

 

Une ville moyenne possède entre 80 000 et 200 000 habitants.

 

L'aire d'influence de Paris s'étend d'abord aux 8 départements de l'Ile-de-France, qui représentent près de 20 % de la population métropolitaine sur 2,2 % du territoire national. Cette région fournit 1/5 des emplois de la métropole et les mouvements pendulaires de travail peuvent atteindre des villes se situant à 200 km de Paris.

La décentralisation de grandes écoles n'a pas réduit l'aire d'influence de Paris. De plus, Paris possédant une forte fréquentation touristique, des organismes internationaux et de nombreux étudiants étrangers, son aire d'influence dépasse largement l'hexagone.


Les grands axes de communication

 

Les axes routiers se développent en étoile autour de Paris.

 

L'Ile-de-France concentre les transports routiers, ferroviaires, aériens et fluviaux. Les régions à plus forte densité de trafic sont toutes en liaison directe avec l'Ile-de-France. Il s'agit des régions du nord du Bassin parisien et du grand axe qui va de Paris à Marseille, le plus fréquenté d'Europe.

À l'inverse, l'ouest de la France et surtout le centre sont moins bien desservis malgré la présence d'une autoroute de désenclavement. Les relations transversales sont rares, souvent de mauvaises qualité.

 

Les autoroutes de la mer consistent au transport de fret par bateaux cabotant le long des côtes, soit par conteneurs, soit en chargeant directement les camions.

La première autoroute se nomme Arc Atlantique, et va du sud de l'Angleterre à la Galice espagnole. Elle a été créée dans le but de rééquilibrer le transport et le développement économique, jusque là concentrés dans la «banane bleue».


L'aménagement du territoire

 

            Pourquoi et comment ?

 

Deux inégalités spatiales majeures caractérisent le territoire français :

-le premier déséquilibre oppose Paris à la Province : l'hypercapitale concentre en effet population, pouvoir décisionel et richesses.

-le second déséquilibre oppose l'Est à l'Ouest de la France : la ligne fictive Le Havre/Marseille sépare ainsi deux espaces aux modes de développement très différents. L'Ouest est demeuré très largement agricole, alors que l'Est a été l'espace de la révolution industrielle et de l'urbanisation.

 

Aujourd'hui, l'ouverture des frontières conduit à l'émergence de nouvelles logiques territoriales : certains espaces industriels intérieurs sont en crise. En revanche, le rôle croissant des échanges extérieurs explique le développement des littoraux.

 

Avec la Vème République, la politique d'aménagement du teritoire franchit une étape décisive : l'Etat l'institutionalise en créant la DATAR (Délégation à l'aménagement du territoire et à l'action régionale) en 1963.

A partir des années 1980, des acteurs locaux apparaissent, au premier rang desquels se trouvent les régions (lois de décentralisation de 1982-1983).

Depuis la création du FEDER (Fonds européen de développement économique régional) en 1975, l'Union européenne possède sa propre politique régionale.

 
 

            Les transports et les télécommunications

 

Les facteurs d'aménagement du système de transport et de télécommunication français sont diverses :

-les contraintes naturelles ont historiquement favorisé l'installation des voies dans les espaces géographiquement les plus favorables,

-puis les besoins d'échanges économiques des régions les plus dynamqiues ont entraîné la densification de leurs réseaux,

-la contrainte majeure est d'ordre politique : la disposition des axes de communication en étoile autour de Paris témoigne de la volonté politique d'unifier le territoire sous l'autorité de la capitale.

 

Parmi les actions visant à densifier les réseaux français, l'équipement autoroutier vise à mieux quadriller le territoire et à créer des axes évitant la région parisienne. En ce domaine, la France est encore en retard.

 

La modernisation des réseaux français s'est traduite par le progrès technique (TGV), mais aussi par le développement des plates-formes multimodales et des transports combinés.

 
 

            Une ou des politique(s) d'aménagement ?

 

Dans les années 1960 et jusqu'aux années 1970, le rééquilibrage des activités sur le territoire national est l'objectif prioritaire de la DATAR. Les moyens utilisés sont divers : -une active politique de décentralisation industrielle,

-la décentralisation des activités tertiaires (en 1964, huit métropoles d'équilibres sont choisies pour constituer un contre-poids à la domination parisienne : Lille-Roubais-Tourcoing, Strastbourg, Nantes-St Nazaire par exemple),

-la création de nouvelles activités dans des espaces disposant d'atouts à valoriser (littoraux, plan Neige),

-une politique active visant à développer les transports et les télécommunications.


            Bilan

 

Le déséquilibre majeur entre Paris et la Province s'est maintenu (la capitale ayant encore accru ses fonctions de direction). En revanche, la disparité est-ouest s'est atténuée (implantation d'entreprises industrielles dans l'Ouest et le Sud-Ouest).

Les inégalités demeurent fortes à l'échelle locale.

 

15 votes. Moyenne 3.40 sur 5.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×