crpe

Exercice de Français

QUESTION DE LANGUE

 

Étudiez la ponctuation dans ce texte d’élève du CE2 :

 

Casser les pieds il était une fois, deux petit garçons qui était en classe le premier travailler et lautre bavarder. Il diser toi ta 6 ans et moi 8 ans ! et répéter toujour la même chause. arête tu me casse les pieds ! mais non ! je te casse pas les pieds ta toujour tes pieds ! mais sinon tu connais pas l’espraition. c’est pas graves tanmie pour moi ! n’importe quoi ! voilà pour quoi on dis l’espraition Casser les pieds.

 

 

Corrigé

 

 

Pour étudier la ponctuation dans ce texte, nous relèverons d’abord les réussites, puis nous analyserons les ratés, et les cas problématiques. Nous ne tiendrons pas compte des éléments raturés (si, n’importe quoi !)

 

 

RÉUSSITES

 

1. les points : ce texte contient quatre points ; trois sont utilisés correctement :

- et l’autre bavarder.

- Tu connais pas l’espraition.

- Casser les pieds.

 

2. les majuscules : trois, toutes correctes :

- Casser les pieds (2 fois, la seconde étant correction en fonction de la ponctuation qui aurait dû être utilisée.)

- […] bavarder. Il diser

 

3. les points d’exclamation : cinq points d’exclamation, employés de façon presque systématique à la fin de chaque réplique. Dans ce texte, le point d’exclamation fonctionne comme le signe de ponctuation caractéristique du dialogue (du discours rapporté au style direct), le point étant réservé aux séquences narratives. On peut considérer soit qu’il s’agit d’un emploi abusif du point d’exclamation, soit qu’il s’agit d’une répartition singulière du point et du point d’exclamation. On ne saurait toutefois considérer qu’il s’agit là d’erreurs.


ERREURS

 

A. Ponctuation mal employée :

- un point après la même chause au lieu des deux points qui devaient annoncer le discours rapporté au style direct.

- une virgule après il était une fois, alors qu’il ne fallait aucun signe de ponctuation.

 

B. Absence de ponctuation

 

1. les points : un point était nécessaire après en classe. Visiblement, ce qui suit constitue une nouvelle phrase, aussi bien du point de vue morphosyntaxique que sémantique.

 

2. les virgules : aprèsarrête ; pas les pieds ; mais si non (tu connais pas…).

 

3. les deux points

- en dehors de l’annonce de discours rapportés : on dis l’espraition (Casser les pieds)

- pour l’annonce des discours rapportés : il diser (toi)

 

4. les majuscules :

- Absence de majuscule en début de phrase : il était une fois… ;et répéter… : voilà pour quoi on dit

Absence de majuscule en début de discours rapporté, de réplique : toi ta 6 ans… ; arête tu… ; mais non ! ; c’est pas grave

 

5. Les marques de discours rapporté au style direct : il s’agit là de la faiblesse majeure de ce texte concernant la ponctuation : aucun guillemet ni tiret n’est utilisé dans les dialogues (pas plus que les deux points qui annoncent le passage du récit au discours, ainsi que nous l’avons noté plus haut).


CAS PROBLÉMATIQUES

 :

- Après ce qui apparaît comme un titre (Casser les pieds), un signe de ponctuation était nécessaire du fait que ce segment n’est pas détaché spatialement du reste du texte. On peut proposer un point, mais deux points était également une ponctuation recevable. L’idéal étant bien sûr de détacher le titre au-dessus du texte.

- après 8 ans !, une fois les guillemets refermés, une virgule était nécessaire, ou, éventuellement, un point.

- Après c’est pas grave, un signe de ponctuation était également requis. Là aussi on pouvait envisager l’emploi d’un point ou de deux points. Voire d’une virgule.

- Problème de majuscule : après le point d’exclamation, au sein de la même réplique, on pouvait ou non mettre une majuscule pour  mais sinon tu connais pas…


 

CONCLUSION

 

Ce texte présente une ponctuation largement aléatoire, mais avec une répartition significative des emplois du point (récit) et du point d’exclamation (discours). Les marques normées du discours rapporté ne sont pas employées, mais cette compétence n’est pas exigible à ce niveau. On peut considérée cette performance comme moyenne pour un CE2.



Il ne s’agissait en aucune manière de réécrire le texte en restituant la ponctuation correcte. Nous le proposons à titre pédagogique, pour mieux éclairer notre analyse. Ce travail pourrait être celui que l’on effectuerait au brouillon, avec des couleurs différentes, pour synthétiser ensuite les phénomènes.

 

 

Casser les pieds

 

Il était une fois deux petit garçons qui était en classe. Le premier travailler et lautre bavarder. Il diser : « Toi ta 6 ans et moi 8 ans ! », et répéter toujour la même chause : « Arête tu me casse les pieds !

- Mais non ! je te casse pas les pieds ta toujour tes pieds ! mais si non tu connais pas l’espraition.

- C’est pas graves. Tanmie pour moi ! » n’importe quoi !

Voilà pour quoi on dis l’espraition : « Casser les pieds. »

 

2 votes. Moyenne 4.00 sur 5.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site